Tournoi de Toulon: La Chine reçoit une leçon de football en finale

Publié le par Seb

Un stade Mayol bien garni, des supporters français qui donnent de la voix, des Chinois qui leurs donnent la réplique, nous sommes bien dans le stade qui accueille la finale du festival espoir de Toulon entre la France et pour la première fois de l’histoire la Chine. Cette rencontre aura été l’occasion de voir la différence de niveau flagrante entre les français et les chinois. Les minots français réussissaient tout ce qu’ils entreprenaient et c’est sans surprise que l’équipe chinoise capitulera.

 

 

Le match débute sur un bon rythme avec la première accélération française, une déviation de Faty pour Alexandre Bonnet qui tente la frappe, mais sa balle passe au raz de l’équerre de Zhang Sipeng (3’). Les chinois se lancent eux aussi à l’attaque avec une frappe en déséquilibre de Jiang Ning qui n’inquiète pas Geoffrey Jourdren (6’). La France prend peu à peu le match à son compte, et commence son travail de sape avec un Loic Rémy et un Ricardo Faty ultra présents dans l’entrejeu. L’ouverture du score arrive sur un coup-franc qui est cafouillé dans la surface par une défense chinoise bien bloquée par Loic Rémy. La balle finit par s’extraire sur la droite des six mètres, Kevin Gameiro ne se pose pas de question et avec une frappe identique à celle de la demi-finale contre le Portugal, il bat Zhang Sipeng et donne l’avantage au bleus (1-0, 12’). Les hommes de Djukovic semblent un peu sonnés et les français vont presque en profiter avec un Loic Rémy qui s’échappe et trouve le poteau droit du portier des Guo’an (17’). Sur la relance, Chen Tao lance Jiang Ning dans la surface mais Geoffrey Jourdren sort dans les pieds de l’attaquant de Qingdao et met la balle en corner. Les pertes de balle sous la pression se multiplient coté chinois et sur une mésentente entre Chen Tao et Wan Houliang, Kevin Gameiro double la mise sur un but similaire au premier (2-0, 24’). Seulement deux minutes plus tard, c’est Bonnet qui tente sa chance après avoir passé la défense rouge en revue, mais sa frappe trop écrasée est bien captée par le gardien (26’). Dix minutes avant la mi-temps le coach chinois décide de changer de tactique et d’opter  pour un 3-4-3 avec la sortie de Zheng Tao, remplacé par l’attaquant de Tianjin, Jiang Cheng. Cette tactique a failli payer avec l’accélération de Zhu Ting sur la droite. Il centre pour Jiang Ning qui, gêné par la sortie de Jourdren, ne peut reprendre correctement la balle de la tête. A la pause les français mènent logiquement au score, malgré une belle amélioration en fin de 1ere mi-temps.

 

Au retour des vestiaires, les français ne semblent pas prêts à baisser de régime, et les chinois sont regonflés par leur fin de première mi-temps. Malheureusement pour les joueurs de l’Empire du Milieu, les réjouissances allaient être de courte durée avec à nouveau Gameiro qui se joue de Wan Houliang. Zhang Sipeng sort mais sur la frappe du français, Dai Qinhua contre la balle qui passe juste au dessus du portier (3-0, 45’). Le stade entame alors le fameux « 1-2-3-0 ». Les supporter chinois donnaient toujours autant de la voix mais couvert par les huées d’un public français très peu fair-play vis-à-vis des spectateurs adverses. Le stade allait sonner vide lorsque Chen Tao trouve Jiang Ning dans la surface. La reprise de volée de ce dernier trouve le poteau, Jourdren étant resté paralysé sur sa ligne (51’). Cette action a valeur de rappel pour les français qui tombent dans un faux rythme. Dix minutes plus tard, Loic Rémy part à la limite du hors-jeu et envoie Boukari pour un face à face avec Zhang Sipeng, le portier chinois remportant le duel (62’). Les asiatiques allaient finir par trouver la faille et ainsi sauver l’honneur. Sur un corner Jiang Ning frappe, la balle est renvoyée au second poteau où se trouve Yu Hai qui, d’une frappe du plat du pied sous la barre, réduit l’écart (3-1, 75’). Dans la dernière minute du temps réglementaire le joueur de Manchester City, Djamel Abdoum, combine bien avec Boukari qui voit sa frappe frôler la barre chinoise.

 

 

En conclusion de ce tournoi, les chinois auront montré beaucoup de bonnes choses, avec un Chen Tao omniprésent qui est l’âme de cette équipe. Quand il est dans un grand jour, l’équipe s’impose (Hollande, Ghana). En revanche, quand il est bien muselé (contre la France) ou sans jus (contre la Cote d’Ivoire), on voit une toute autre équipe. Le coté offensif est le point positif avec 6 buts inscrits (Jiang Ning : 3, Chen Tao : 2, Yu Hai : 1). Le repositionnement de Chen Tao en véritable numéro 10 en est la première explication par rapport  à l’année dernière où ce dernier jouait en attaque avec Gao Lin. La présence de Wang Hongliang juste devant la défense aura été aussi une bonne chose pour bien distribuer les balles de relance. Le point faible reste le centre de la défense et la concentration. Wan Houliang a été un peu décevant avec des erreurs de placement et d’appréciation de la balle (contre la Hollande et la France), Bruno Gama se trouvant seul au second poteau (contre le Portugal). Les relances ont aussi était mortelles, nottament celles de Wang Shouting (contre le Ghana) et Chen Tao (contre la Hollande). Les chinois doivent encore travailler la discipline pour éviter les cartons jaunes à répétition (12 et 1 rouge). Dans l’ensemble, le tournoi aura été l’occasion de tester des joueurs qui auront sans aucun doute pour certain leur place dans le groupe de Djukovic à Beijing l’année prochaine.

 

 

A noter que Chen Tao a été récompensé pour son magnifique coup-franc contre le Ghana, élu plus beau geste du tournoi. Yu Hai a lui été élè 3eme meilleur joueur du tounoi.


Lieu :
Stade Mayol, Toulon
Affluence : environ 3000 spectateurs
Buts : Kevin Gameiro (12’, 24’, 45’) pour la France - Yu Hai (75’) pour la Chine
Avertissements : Wan Houliang (21’), Yu Hai (35’) pour la Chine


Composition Chine :

16.Zhang Sipeng
14.Bai Lei, 2.Zhao Ming, 5.Wan Houliang, 17.Zheng Tao (19.Jiang Cheng, 30’)

18.Dai Qinhua (8.Huang Xiyang, 62’), 10.Chen Tao, 6.Wang Hongliang, 20.Yu Hai

11.Zhu Ting, 9.Jiang Ning

 

 


Homme du match ARD :
Kevin Gameiro (France)

 

L’attaquant Strasbourgeois aura marqué ce match de son empreinte, inscrivant un superbe triplé qui lui a permis de décrocher le titre de meilleur buteur, de meilleur joueur du tournoi et de la finale. Il termine avec cinq buts devant son compère Xavier Pentecôte (3 buts) et Jiang Ning (3 buts).

Publié dans Equipe espoir - jeunes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article