Asian Cup 2007 : La Chine éliminée et humiliée

Publié le par Seb

Pour la première fois depuis 27 ans, la Chine n’est pas parvenue à passer la phase des groupes de l'AFC Asian Cup. Lors de la toute dernière rencontre du groupe C, les hommes guidés par Zhu Guanghu devaient seulement prendre un point pour se qualifier. Le sélectionneur restait fidèle à son 4-4-1-1, pourtant si controversé. Les conditions météo extrêmes d'avant-match (tempête tropicale sur la Malaisie) n'annoncaient rien de bon également.


La première mi-temps fut d’un ennui total avec seulement cinq frappes au but.
Mao Jianqing était le premier à se lancer avec une frappe de 20 mètres, mais bien trop écrasé pour inquiéter Ignatiy Nesterov, le portier Ouzbek. Dix minutes plus tard c’était au tour des cavaliers d’Asie Centrale de se montrer menaçant. Sur une frappe de Server Djeparov, Sun Xiang détournait le ballon qui prenait la direction du but, mais Yang Jun captait bien la balle. Au fil des minutes les Chinois prenaient possession du ballon mais sans être vraiment capable de développer le jeu. C’est donc sur coup de pied arrêté que l’Empire du Milieu se montrait le plus dangereux. Un décalage de Shao Jiayi et Zhou Haibin catapultait la balle en direction de la cage de Nesterov, qui était contraint de claquer la balle au-dessus de la barre. En toute fin de période, Djeparov avait une nouvelle occasion suite à un mauvais dégagement de la défense mais le score restait à 0-0.



Dès la reprise les Chinois montraient un autre visage et commencaient à attaquer. Après dix minutes de jeu,
Shao Jiayi se mettait en évidence sur une frappe flottante à l’entrée de la surface, mais Nesterov repoussa la balle. Le joueur de l’Energie Cottbus continuait de montrer la voie à ses partenaires sur un coup-franc légèrement excentré à droite. Il enroula sa frappe et obligea une nouvelle fois le portier Ouzbek à plonger pour repousser le cuir. La première réplique Ouzbek avait bien failli être la bonne. Sur une déviation de la tête, l’attaquant de Kiev Maksim Shatskikh croisait trop sa frappe qui rasait le montant d’un Yang Jun battu. Deux minutes plus tard , ce fut au tour de Server Djeparov de tester le portier de Tianjin avec une frappe en pivot au point de penalty. Sur la relance, Dong Fangzhuo décalait Zhang Shuai sur la droite. Ce dernier pénètrait dans la surface et centrait en retrait pour Wang Dong, mais le milieu de Changchun a trois mètres du but trouvait la barre transversale. Ce fut sans aucun doute le tournant de la rencontre. Les Chinois commettaient de nombreuses fautes inutiles et c'était sur l’une d’elle que l’Ouzbékistan allait ouvrir le score par l’intermédiaire de son capitaine, Shatskikh. Laissé totalement seul en plein milieu de la défense, l'attaquant de Kyev reprenait la balle de la tête. Yang Jun repoussait mais le joueur Ouzbek finissait par propulser la balle dans les filets (1-0, 75'). Dix minutes plus tard, Sun Jihai faisait une nouvelle faute inutile qui sera terrible pour la Chine. Shatskikh frôlait la balle qui rebondissait sur les genoux de Yang Jun et les défenseurs chinois, stoïques, laissaient le ballon être poussé dans la cage par Timur Kapadze (2-0, 86'). L’arbitre assistant annoncait alors quatre minutes d’arrêts de jeu. Sur une action anodine, Han Peng se retrouvait KO sur la pelouse de Sha Alam, sa tête ayant été prise en sandwich par le crâne de Du Wei et celui d’un défenseur Ouzbek. L’attaquant de Shandong restera allongé pendant plusieurs longues minutes avant d’être évacué sur civière et transporté vers un des hôpitaux de la capitale malaisienne. Pour clôturer le spectacle, les joueurs d’Asie Centrale allaient inscrire un troisième et dernier but par Alexander Geynrikh, une nouvelle fois sur coup-franc. La frappe initiale de l’Ouzbek était repoussé par le mur, mais ce dernier reprenait instantanément le ballon et trouvait le petit filet opposé. Yang Jun ne pouvait rien faire, masqué du début  à la fin (3-0, 94’).



La Chine repart donc la tête basse de cette Asian Cup, incapable de se qualifier dans un groupe pourtant à sa portée. Malgré 2 premiers matchs prometteurs, le schéma tactique du sélectionneur a encore déçu, mettant fin aux espoirs de toute une nation. Cette défaite devrait mettre définitivement un terme au contrat de Zhu Guanghu à la tête de la sélection. Avant la compétition il avait déclaré qu’il partirait si l’équipe ne finissait pas dans les quatre. Mais après le match, lors de la conférence de presse, il a indiqué qu’il était toujours à la tête de l’équipe nationale et qu’il ne comptait pas lâcher son poste. La CFA devra trancher dès le retour des chinois au pays. Si l’équipe espère pouvoir se qualifier pour la prochaine Coupe du Monde en Afrique du Sud, il va être nécessaire de recruter un entraîneur ayant une culture footballistique comme Ratomir Dujkovic (entraineur de l'équipe olympique).


Match : Ouzbékistan 3-0 Chine
Lieu :  Shah Alam Stadium (Shah Alam, Malaisie)
Affluence : 2200 spectateurs
Buteurs : Maksin Shatskikh (75’), Timur Kapadze (86’), Alexander Geynrikh (94’) pour l'Ouzbékistan

Composition de la Chine :
22.Yang Jun
13.Zhang Shuai (14.Zhu Ting, 78'), 4.Zhang Yaokun, 2.Du Wei, 3.Sun Xiang
11. Dong Fangzhuo (12.Zhao Xuri, 70'), 7.Sun Jihai, 6.Shao Jiayi, 18.Zhou Haibin, 20.Mao Jianqing (15.Wang Dong, 41')
9. Han Peng

Composition de l'Ouzbékistan :
12.Ignatiy Nesterov
2.Hayrulla Karimov, 4.Aziz Ibragimov (9.Pavel Solomin, 90+3'), 23.Vitaliy Denisov (26.Victor Karpenko, 63'), 28.Anvar Gafurov, 17.Aleksey Nikolaev
7.Azizbek Haydarov, 8.Server Djeparov, 18.Timur Kapadze
10.Ulugbek Bakaev (15.Alexander Geynrikh, 46'), 16.Maksim Shatskikh


Homme du match : Maksim Shatskikh (Ouzbékistan)

L'attaquant du Dynamo Kyev a été un vrai poison pour la défense chinoise. Constamment présent dans les bons coups, il est également l'auteur d'un but.

Publié dans Equipe nationale A

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article